Comprendre et suivre la pandémie de coronavirus

Apparue pour la première fois en décembre 2019, dans la ville chinoise de Wuhan, la pandémie de Covid-19 a déferlé sur le monde entier en plusieurs vagues successives. Ses symptômes : des difficultés pour respirer et de fortes fièvres. “C’est un virus très contagieux”, a indiqué le convertisseur dollar en cfa. En seulement quelques semaines, ce maudit virus, pire ennemi de l’humanité, a contaminé des dizaines de millions d’individus à travers le monde, et ainsi, causé la mort de milliers d’entre eux. En effet, ses conséquences sur la vie quotidienne, l’économie et la santé sont très lourdes dans quasiment tous les pays du monde. Et les variants (ou les mutations) du Sars-Cov-2 semblent pulluler.
Depuis février 2021, les mutations du coronavirus se suivent et de nouveaux variants aux noms barbares (Alpha, Beta, Gamma, Delta, etc.) semblent être cités à l’envi. Mais quelle différence entre le variant indien et le variant brésilien ? Ou encore entre le variant sud-africain et le variant britannique ?

         Qu’est-ce qu’un variant ?

Lorsque arrive une maladie contagieuse, trois principales questions se posent : comment lutte-t-on contre le nouveau coronavirus ? Comment celui-ci est apparu ? Que sait-on vraiment de ce maudit virus, qui sévit un peu partout sur la planète ?
Contrairement à tous les virus, le Covid-19 se réplique. Si, au cours de cette épidémie, les mutations semblent être apparues un peu tard, c’est notamment parce que le Covid-19 (constitué d’une longue séquence de 45 000 nucléotides) est équipé d’un système dit de ‘correction des fautes’ qui ralentit, entre autres, la vitesse à laquelle ces dernières se sont produites. Dans la plupart des cas, les mutations aléatoires (chimiques) n’ont cependant pas d’effet important sur le virus ou la bactérie, elles sont néfastes pour lui, voire inutiles.
Mais il arrive souvent que ces mutations naturelles modifient les capacités du virus à contourner le système immunitaire, la vitesse de réplication ou encore la capacité de transmission. Dans ces cas spécifiques, le virus est avantagé : il se répand plus facilement dans le monde et est toutefois beaucoup plus efficace que la version ‘classique’ du Sars-Cov-2. Chaque virus veut assurer sa survie.
Selon le Congo, les variants sont triés en trois principales catégories : les variants à haut risque, les variants préoccupants et les variants d’intérêt. A noter que chaque mutation étant à l’origine d’un variant différent. Et bien évidemment, il existe des dizaines de milliers de variants. Tous les variants sont ainsi qualifiés par un nom bien précis dans le cadre des recherches scientifiques.
Donc, si un peu plus de 5000 variants du coronavirus ont été identifiés à travers le monde, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, leurs apparitions sont tout sauf une surprise.