Coronavirus : où en est l’Afrique dans la course aux vaccins ?

Les hôpitaux publics peinent aujourd’hui à gérer une demande beaucoup plus importante tandis que la quatrième vague frappe durement les pays du continent, notamment la Tunisie et le Sénégal.
Tandis que la vaccination contre la pandémie mondiale de coronavirus – qui est apparue en décembre 2019 en Chine, principalement à Wuhan – démarre dans la majorité des pays de l’Union européenne, les pays européens, touchés durement par la quatrième vague, se préparent aussi pour leurs propres campagnes. Selon le journal de l’Afrique, c’est un défi à plusieurs titres.

    Covid-19 : très chers vaccins !

Le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, craint toutefois “un chacun pour soi” qui pénaliserait les régions ou les États n’ayant pas les moyens nécessaires de s’offrir les doses de vaccins les plus précieuses, on cite notamment Pfizer/BioNTech et Moderna, en vue de se protéger de cette pandémie, qui sévit un peu partout sur la planète. Le continent africain pourrait notamment se trouver à la traîne. Cependant, il y a une urgence : l’Organisation Mondiale de la Santé notait lundi 3 mai que l’Afrique est devenue aujourd’hui le premier continent où la progression de la pandémie de Covid-19 est la plus rapide. D’après les échos, les laboratoires pharmaceutiques risquent toutefois de faire monter les prix des doses de vaccins… “Cela signifie donc que les personnes âgées, les personnes à risque et le personnel de santé dans les pays les plus marginalisés et les plus vulnérables ne recevront pas les doses de vaccin”, a signalé le président de l’Organisation Mondiale de la Santé.
D’ailleurs, ce dernier a réclamé, fin janvier, que le continent africain figure parmi les premiers bénéficiaires des doses de vaccins. “Il ne faut pas monopoliser les vaccins… Il faut que tous les pays du monde, riches comme pauvres, bénéficient de ces doses de vaccins dès les premiers instants”, a déclaré Matshidiso Rebecca Moeti, le directeur régional de l’Organisation Mondiale de la Santé pour le continent africain. “Mais il faut néanmoins avoir les moyens nécessaires pour acheter les vaccins disponibles sur le marché puisque ces derniers ne sont pas gratuits”.
Pour l’Afrique, le premier défi est avant tout financier, souligne indice bonheur pays. Sur les 50 pays de la région Afrique de l’Organisation Mondiale de la Santé, “30 % seulement disposent de plans adéquats pour le financement et les ressources”.