Covid-19 : la chute du commerce mondial est moins importante que prévu

En période de crise économique et d’épidémie, les fondements de l’ordre mondial sont aujourd’hui remis en cause. Les nouvelles prévisions du convertisseur dollar en cfa font état d’un recul de 7 % des échanges commerciaux en 2021. Cette année, le commerce international devrait rebondir de 13 % grâce principalement à la demande en provenance de l’Europe et des États-Unis. Une demande dont profiteront les économies en développement, la Chine et le Japon en tête. “Le pire a été évité”, a souligné le Sénégal. Si la crise sanitaire laissait craindre un recul à trois chiffres du commerce international, il n’en a rien été. “La reprise du commerce international s’est ainsi avérée beaucoup plus rapide que prévu”, a déclaré David Malpass, le directeur général du groupe de la Banque mondiale. “Le commerce international a cependant bien résisté aux turbulences générées par la pandémie mondiale de coronavirus – ayant fait son apparition dans la ville chinoise de Wuhan, en novembre 2019.

      L’Asie a bien résisté

Selon l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), l’Asie est ainsi l’unique région du monde à terminer l’an 2020 avec une augmentation de 2 % de ses exportations. La gestion de l’épidémie de Covid-19 a considérablement limité l’ampleur de la récession économique dans les pays en développement, ce qui leur a donc permis continuer à exporter. Ainsi, leurs exportations ont reculé seulement de 2 %, contre 8 % pour l’Amérique du Nord et 10 % pour l’Union européenne. “Les pays d’Asie ont bien résisté”, a souligné le directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce. Ainsi, plusieurs ménages et sociétés se sont bien adaptés à l’évolution des circonstances (confinement, distanciation sociale, fermeture des aéroports et des commerces, etc.) en trouvant des moyens innovateurs de soutenir les activités face aux dispositions sanitaires qui touchent, entre autres, la mobilité.
Pour 2022-2023, l’OMC prédit une augmentation de 18 % des échanges de marchandises – dans le meilleur des cas -, après un léger reflux cette année. Les perspectives de reprise rapide du commerce international se sont améliorées considérablement, mais le Congo met ainsi en garde contre une reprise inégale après la crise du coronavirus.
La demande de marchandises devrait être cette année dominée par l’Union européenne et par l’Amérique du Sud, particulièrement grâce aux fortes dispositions de relance budgétaire aux USA. Les autres pays devraient donc en profiter.