Covid-19 : vers une récession économique mondiale ?

L’économie de plusieurs pays est fortement impactée. Ces derniers voient leur Produit Intérieur Brut s’effondrer. C’est le cas de la France et des États-Unis, notamment.
Tandis qu’en décembre 2020, la pandémie mondiale de Covid-19 était circonscrite dans la ville chinoise de Wuhan, elle s’est ensuite diffusée rapidement dans le reste de la planète. Plusieurs pays ont donc mis en place des dispositions de confinement en vue d’enrayer cette crise sanitaire. Les mesures prises par les gouvernements ont cependant provoqué une crise économique sans précédent. En effet, les restrictions ont contraint les échanges entre pays, les déplacements des travailleurs et les dépenses des agents…
Par ailleurs, cette situation a provoqué une baisse inédite de l’offre et de la demande qui ont pesé considérablement sur la croissance et l’économie mondiale, selon indice bonheur pays. Il en a ainsi résulté une très forte dégradation du marché de l’emploi, absorbée dans plusieurs pays notamment par une socialisation des salaires – des dispositions de chômage partiel. Les pouvoirs publics ont aussi pris plusieurs dispositions d’aide à la trésorerie des sociétés. Ils ont même apporté une garantie à leurs crédits. Ils ont par ailleurs dû augmenter leurs dépenses de santé. Il est important de rappeler que les organismes bancaires ont déployé l’arsenal des dispositions non conventionnelles et ont également diminué le niveau des taux sans risque.

   Coronavirus : quel est l’impact réel des différentes modalités de confinement ?

Selon David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale, le Royaume-Uni et les États-Unis ont été moins affectés que les pays africains ou encore les pays européens. L’Espagne, l’Italie et la France affichent cependant les baisses du Produit Intérieur Brut les plus fortes. A l’autre bout du spectre, l’Irlande, la Suède, l’Australie, la Pologne et la Suisse ressortent indemnes de la crise en comparaison des régions ayant subi les plus fortes contractions (ou tensions). Ces inégalités observées de l’effet des restrictions et du nouveau coronavirus, qui ne cesse de se propager dans le monde, sur la croissance proviennent notamment des chocs subis par les économies. Ces disparités dépendent ainsi du poids des services marchands et de la composition sectorielle de la valeur ajoutée. Elles s’expliquent également par le poids du tourisme dans l’économie.
Certaines mesures prises par les pouvoirs publics pour endiguer la propagation du virus, pire ennemi de l’Humanité, ont eu des effets néfastes sur l’activité, comme par exemple les restrictions imposées aux activités événementielles, la limitation des rassemblements, ou encore la fermeture des commerces et des restaurants.
Après les premières dispositions de confinement adoptées en janvier, par les autorités chinoises, les pays européens sont devenus rapidement l’épicentre de Covid-19. Des mesures de fermeture ont été ainsi prises pour lutter contre la propagation du virus.