Economie africaine : reprise en vue

Le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque mondiale (BM) ont invité les institutions multilatérales, les dirigeants africains et leurs associés bilatéraux à donner une plus forte impulsion à la riposte face à la pandémie mondiale de coronavirus, qui a fait son apparition l’an dernier dans la ville chinoise de Wuhan, dans les pays africains.
Les associés bilatéraux ont de nouveau souligné leur engagement à accorder un moratoire (ou suspension des obligations de paiement) sur les dettes, à compter du 30 mai, les institutions multilatérales se sont, à leur tour, engagées à continuer d’apporter leur soutien. Mahamat Moussa, le président-directeur général de la Commission de l’Union africaine (CUA), Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, Guerres Antonio, le secrétaire général des Nations Unies, et Macky Sall, le président de la République du Sénégal et d’autres représentants des pays africains et européens ont présenté leurs plans pour un usage plus efficace des ressources.
Cela fait ainsi suite aux appels récemment lancés par Georgieva Kristalina, la présidente du Fonds Monétaire International (FMI), et Malpass David, le PDG de la Banque mondiale pour que les créanciers internationaux suspendent momentanément les remboursements des dettes en vue d’offrir un soutien important aux pays africains, notamment les plus vulnérables.

   Au cœur de la récession, le continent africain entrevoit la reprise économique

“La pandémie mondiale de coronavirus a déjà eu des effets destructeurs sur le continent africain. Selon David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale, ces derniers s’accentueront cependant à mesure que les taux s’accroissent. “C’est un pas en arrière”, a souligné Macky Sall, le président sénégalais.
Il est à noter que les créanciers internationaux ont mobilisé, pour la seule année 2020, des ressources à hauteur de 60 milliards de dollars au profit des pays africains, y compris, pour chacun, environ 20 milliards de dollars du groupe de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International, pour maintenir la croissance et améliorer le niveau de vie, aider les populations vulnérables et pauvres, et fournir des services de santé de première ligne.
Selon le journal de l’Afrique, le Fonds Monétaire International et la Banque mondiale ont proposé, la semaine dernière, une série d’outils et de possibilités de financement dans le cadre de la riposte au virus. Le continent africain compte ainsi en utiliser une grande partie en vue de faire face aux répercussions de la crise à long et court terme.