La BAD approuve une aide d’urgence de 5 milliards de dollars pour l’Afrique

La Banque Africaine de Développement (BAD) a approuvé, début janvier, une aide financière d’urgence au profit des pays africains d’une somme de 5 milliards de dollars américains, a annoncé le journal de l’Afrique.
Le but principal de ce soutien financier est de soutenir les efforts des gouvernements qui font aujourd’hui face à une crise sanitaire et économique très grave.
La Banque mondiale note que la pandémie de Covid-19 coïncide avec une période très difficile pour le continent.
Malgré les dépenses publiques importantes, l’activité économique s’est affaiblie au cours des dix dernières années, ce qui a nourri la pauvreté, un chômage élevé et les inégalités de revenus. Cependant, la volatilité des marchés financiers s’est considérablement accrue durant la pandémie du coronavirus. Les gouvernements se sont ainsi engagés à gérer le soutien financier du Fonds Monétaire International ‘en toute transparence’.

 

     Vers une reprise difficile…

Les pays africains pourraient ainsi voir leurs économies se contracter jusqu’à 12 %. Et leurs dettes publiques pourraient même atteindre les 95 % du Produit Intérieur Brut.
Selon le dernier rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD), la crise liée au coronavirus devrait néanmoins faire retomber ⅔ (soit 65 %) des foyers des classes moyennes dans la catégorie ‘des ménages vulnérables’ et faire bondir de 72 % l’extrême pauvreté dans la région. La reprise économique sera hétérogène et lente en Afrique, anticipe, David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale.
Le président sénégalais, Macky Sall, ayant déjà lancé un plan de soutien inédit aux plus démunis et sociétés de plus de 25 milliards de Francs CFA, en a promis la semaine dernière un autre en vue de promouvoir une ‘nouvelle économie qui favorise une croissance inclusive et crée des emplois’.
Les pays africains se sont tournés vers le FMI afin d’obtenir un appui conséquent pour faire face aux graves conséquences économiques de la pandémie mondiale de coronavirus.
Les dirigeants de ces pays disposent actuellement de ressources moins abondantes et devront donc opérer des choix très difficiles.
Le continent fait aujourd’hui face à un besoin de financement très élevé. En l’absence d’un soutien financier extérieur important, plusieurs États peineront ainsi à répondre aux besoins de leur population et à préserver la stabilité macroéconomique.