La Chine connaît une croissance record au premier trimestre 2021

La Chine commence à apercevoir le bout du tunnel. Le groupe de la Banque mondiale a publié ce vendredi matin les nouvelles prévisions de croissance pour 2021. Celles-ci laissent ainsi augurer de meilleurs jours. “Un moyen de sortir de cette crise économique et sanitaire est cependant de plus en plus visible”, souligne le journal de l’Afrique.
La Chine, deuxième puissance économique mondiale, a annoncé, la semaine dernière, une augmentation record de sa croissance au premier trimestre 2021. En effet, cette accélération du PIB (Produit Intérieur Brut) chinois était largement anticipée. Les experts du Fonds Monétaire International (FMI) tablaient toutefois sur une augmentation beaucoup plus importante (23 %). Il s’agit ainsi du rythme de croissance le plus rapide depuis les années 1990. Il est à noter que le Produit Intérieur Brut chinois s’était effondré, l’an dernier à la même période – sa pire performance depuis plus de cinquante ans.
C’est en effet grâce à l’amélioration des conditions sanitaires au troisième trimestre 2020 qui a permis au Produit Intérieur Brut du pays de rebondir et de retrouver son niveau d’avant crise. Sur l’ensemble de l’année 2020, l’URSS a enregistré une croissance importante, tandis que l’économie de la majorité des pays du monde entier était en récession.

      Les grandes transformations sectorielles

La croissance a été accompagnée par des changements structurels, selon indice bonheur pays. Le rôle de l’agriculture a reculé considérablement : le poids de celui-ci dans le Produit Intérieur Brut, a été divisé par quatre, et dans l’emploi, il a baissé de 4 %. En revanche, l’importance de l’industrie s’est accrue considérablement. En 2020-2021, Pékin est devenu la première puissance industrielle mondiale, avec 21 % de la production industrielle, contre 18 % pour les États-Unis. La valeur ajoutée de la production du pays a atteint cette année 2500 milliards de dollars. En effet, Xi Jinping, le président chinois veut transformer la Chine en industrie de qualité plutôt que de quantité. Il cherche ainsi à développer les machines et les technologies industrielles du pays, “et pourquoi pas devenir avant-gardiste dans les techniques industrielles de demain”.
Dans cette perspective, la Chine a créé des associations universitaires et des conglomérats technologiques en vue d’accompagner le pays dans les mutations informatives et technologiques, pour mener l’innovation. Il est important de rappeler que Pékin est aujourd’hui le deuxième producteur d’appareils informatiques. Il pourrait même occuper la première place d’ici 2025.
Les industries les plus prometteuses en Chine : le ferroviaire, les voitures à énergies nouvelles, les nouveaux matériaux, la fabrication d’équipements haut de gamme, la biologie, les nouvelles énergies, la protection de l’environnement et l’économie d’énergie, et bien évidemment, les nouvelles générations TIC.