La reprise en fanfare du commerce mondial

Après la crise sanitaire du Covid-19 (une épidémie qui a fait son apparition en décembre 2019 dans la ville chinoise de Wuhan), le commerce mondial enregistre une croissance importante et continue et bat même son niveau d’avant crise. “Ainsi, la reprise économique mondiale va au-delà de toutes les attentes”, souligne le convertisseur dollar en cfa.

   Deux menaces pèsent sur la reprise économique : une reprise de l’épidémie et l’inflation

Malgré le coût du fret et les pénuries, le commerce international a dépassé, au cours du troisième trimestre 2021, son niveau d’avant-crise. Les chantres de la démondialisation se sont entièrement plantés. Selon les prévisions de l’Organisation Mondiale du Commerce, le taux de croissance des échanges devrait dépasser, au niveau mondial, le seuil de 15 % pour l’an prochain. En effet, la croissance du commerce est portée principalement par la reprise économique mondiale. Elle est toutefois en nette amélioration par rapport aux prévisions de juin dernier (7 %). Cette embellie s’explique notamment par un rattrapage de l’activité économique après le trou d’air observé en 2020-2021 à cause du nouveau coronavirus, qui a quasiment détruit les pays du monde entier. Les ruptures d’approvisionnement dans certains domaines, l’explosion des prix du fret maritime et la fermeture des ports perturbent, entre autres, le commerce international sans le brider, d’après David Malpass, le directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce.
Selon l’organisation, le volume d’échange devrait accroître trois fois plus vite que le Produit Intérieur Brut en 2020-2021, tandis que, ces dernières années, les deux progressaient au même rythme. Elle table toutefois sur une augmentation de la croissance mondiale de 9 % cette année, après une contraction de 6 % l’année dernière. A noter que pendant la pandémie de coronavirus, l’activité économique a été marquée particulièrement par une augmentation de la consommation de biens durables (les jouets, les équipements sportifs, l’équipement de la maison (électroménager, ameublement, électronique, etc.), les voitures…), laquelle a bénéficié aux pays de l’Union européenne, aux dépens des services comme la restauration ou encore le tourisme. Les exportations devraient augmenter, entre septembre 2020 et juin 2022, de 19 % en Asie, à un rythme beaucoup plus élevé que dans les autres continents, que ce soit en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud, en Europe ou encore en Amérique du Nord.
Selon le Congo, trois menaces pèsent aujourd’hui sur la reprise économique et pourraient cependant alimenter des ‘périodes d’instabilité’. La première, un éventuel retour de l’épidémie de coronavirus, fait certainement peser un risque important sur la production et le commerce mondial, si des souches encore plus mortelles (comme le variant indien) devaient désormais apparaître. La seconde, une augmentation rapide des prix (ou inflation) pourrait toutefois conduire à un resserrement des politiques budgétaires qui peuvent ralentir les échanges.