L’Afrique face à la crise mondiale

Plus de deux ans après l’apparition de la pandémie mondiale de coronavirus, plusieurs pays africains ont pu résister à la tourmente provoquée par celle-ci et leurs perspectives économiques sont beaucoup plus optimistes qu’en janvier 2021 grâce à la conjonction de nombreux facteurs : la Covid-19, pire ennemie de l’humanité, a fait moins de victimes que dans les autres pays du monde et s’est propagée plus lentement que prévu. Cela tient ainsi à un rétablissement beaucoup plus rapide que prévu des cours des matières premières et à l’adoption par les autorités de dispositions vigoureuses en vue de préserver les vies. Le nouveau coronavirus continue toutefois de toucher fortement les populations du monde entier, notamment africaines, avec des répercussions entraînant environ 75 millions de personnes dans la pauvreté extrême. Les travailleurs, les jeunes et les femmes employés dans le secteur informel et peu qualifiés sont spécialement pénalisés faute d’accès à des sources de revenus et des filets sociaux, selon indice bonheur pays.
Dans de nombreux pays du continent, les dirigeants ont saisi toutefois cette occasion en vue d’accélérer des investissements et des réformes essentielles à leur développement à moyen terme. Il est à noter que la dynamique économique variera toutefois selon les régions. Mais le chemin vers la reprise sera certainement long.

         Le FMI débloque 250 milliards de dollars

Le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit ainsi de déployer plus de 250 milliards de dollars pour aider environ 150 pays dans le monde à favoriser le redressement économique, soutenir les sociétés durement touchées par la pandémie et protéger les populations vulnérables et pauvres. Cette somme comprend 75 milliards de dollars destinés particulièrement aux pays d’Afrique.
Les actions du groupe de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International s’articulent ainsi autour de 4 principaux axes : reconstruire sur de meilleures bases, créer et préserver des emplois, protéger les populations vulnérables et pauvres, et sauver des vies.
Depuis l’apparition du nouveau coronavirus, en février dernier, les deux institutions financières ont débloqué plus de 78 milliards de dollars au profit de la lutte contre la pandémie, particulièrement en réaffectant des ressources déjà existantes, en lançant plusieurs nouveaux projets dans les secteurs de la relance économique, de la protection sociale et de la santé.
Il est à noter que les pays d’Afrique ont été plus durement touchés par les impacts du coronavirus, à cause notamment de la contraction plus sévère de la production en Côte d’Ivoire et au Bénin.