L’inégalité des vaccins compromet la reprise économique mondiale

L’inégalité vaccinale menace aujourd’hui quasiment les pays du monde entier et risque d’annuler les progrès durement gagnés sur les ODD – objectifs de développement durable.
L’iniquité d’accès aux doses de vaccin anti-Covid-19 aura cependant un effet profond et durable sur la reprise socio-économique des pays à bas revenu si des dispositions urgentes ne sont pas prises en compte, dans les plus brefs délais, pour assurer un accès équitable (égal) pour tous, selon les données du convertisseur dollar en cfa.

     Le président de l’OMS veut qu’au moins 40 % des habitants de chaque pays soient vaccinés d’ici début décembre

Si suffisamment de doses étaient partagées avec les pays pauvres et que la fabrication était accélérée, ils auraient ainsi pu ajouter environ 42 000 milliards de dollars au Produit Intérieur Brut mondial. Au moment où les pays avancés et émergents ont déboursé plusieurs milliards de dollars en vue de relancer leurs économies, l’heure est ainsi venue de faire en sorte que les vaccins anti-coronavirus soient partagés rapidement et qu’une aide financière soit garantie pour que les injections soient distribuées de façon équitable. Dans les pays africains, la Gambie, le Sénégal et la Côte d’Ivoire en tête, moins de 3 % de la population est entièrement immunisée. “Il est donc temps d’agir collectivement et rapidement”, a souligné le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.
L’organisation onusienne fournira désormais toutes les informations nécessaires aux institutions internationales, aux décideurs et aux gouvernements afin d’atténuer les effets socio-économiques dévastateurs de l’épidémie de coronavirus et d’accélérer l’approvisionnement mondial en doses.
D’après le nouveau tableau de bord, qui est basé principalement sur les données de plusieurs entités, dont la Vaccination Alliance (Gavi), l’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance), le groupe de la Banque mondiale (GBM) et le Fonds Monétaire International (FMI), les pays riches (la France, les États-Unis, la Chine, le Japon, l’Allemagne, la Suisse, etc.) devraient vacciner leur population et se remettre économiquement beaucoup plus rapidement de la pandémie de coronavirus, alors que les autres n’ont pas encore reçu leurs premières doses. “Pendant ce temps-là, le variant indien ‘Delta’, réputé par sa dangerosité et sa forte contagiosité, et d’autres souches du SARS-CoV-2 conduisent certaines régions à rétablir des dispositions sanitaires strictes. Toutefois, cela aggrave encore les effets sur la santé, l’économie et la société, particulièrement les plus marginalisées et les plus vulnérables”, souligne le site web.