Mise à l’arrêt par la pandémie de coronavirus, l’économie planétaire entre malaise durable et reprise tonitruante

Plus de milliardaires, et beaucoup plus de pauvres… Les pays pauvres qui trinquent, l’Europe qui traîne, les États-Unis et la Chine qui rugissent, les transports aériens qui souffrent, la finance qui exulte… 2020 et 2021 resteront des années économiquement sombres pour plusieurs pays, en particulier africains, avec des plongeons spectaculaires du Produit Intérieur Brut. “C’est une crise qui devrait poser d’immenses défis et laisser des cicatrices pendant très longtemps”, selon le journal de l’Afrique.
Cette année, l’économie mondiale devrait se contracter de 12 % en raison de la pandémie de Covid-19, du jamais vu depuis la deuxième guerre mondiale. D’après les estimations du groupe de la Banque mondiale, environ 850 millions de personnes pourraient basculer dans l’extrême pauvreté.

 

    La croissance à l’arrêt dans le monde…

La croissance frémit et devrait accélérer légèrement en 2021. Plusieurs aléas demeurent cependant, d’après le Fonds Monétaire International (FMI). La guerre commerciale reste un aléa important. Tout comme les déséquilibres, la géopolitique, la dette dans les pays en développement et même… la météo !
La croissance planétaire devrait se reprendre en 2021 (un peu), tirée notamment par les économies en développement et émergentes, mais plusieurs risques sont néanmoins susceptibles de mettre à mal ce scénario optimiste.
Pour l’an 2020, le Fonds Monétaire International (FMI) table sur une croissance mondiale de 6 % contre 3. 2 % l’année dernière. La crise économique due à la pandémie de coronavirus est unique. S’il fallait tenter de comparer celle-ci à quelque chose, ce serait certainement à une catastrophe naturelle. Un tsunami, un ouragan, un tremblement de terre… mais à l’échelle mondiale.
Après plus de dix ans de croissance continue, les pays du monde entier devraient connaître une récession historique en 2021. D’après indice bonheur pays, la chute s’élèvera à 9 % du PIB (Produit Intérieur Brut) de la planète. La pandémie mondiale a entraîné un double bouleversement de l’économie. “Du jamais-vu depuis plus de deux siècles”, a déclaré David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale.