Perspectives de l’économie mondiale

Deux ans après le début de la pandémie mondiale de Covid-19, les perspectives mondiales restent incertaines. Le bilan humain qui ne cesse de s’alourdir et les nouvelles mutations suscitent ainsi des inquiétudes. En effet, la reprise économique varie d’un secteur et d’un continent à l’autre, notamment selon l’ampleur des dispositions prises par les gouvernements et les perturbations causées par le nouveau coronavirus, pire ennemi de l’humanité. Cependant, les perspectives ne dépendent pas uniquement de l’issue de la course entre les vaccins et la pandémie, mais également de l’efficacité avec laquelle les dispositions mises en œuvre par les pouvoirs publics peuvent contenir les conséquences causées par cette crise sans précédent. Selon le journal de l’Afrique, la croissance mondiale devrait ainsi s’établir, en 2021, à 8 %, ensuite ralentir, en 2022, à 6 %. La révision à la hausse s’explique essentiellement par l’adaptation continue de l’activité à une mobilité réduite, par des anticipations de reprise tirée par la vaccination et enfin, par la prise de nouvelles dispositions d’aide budgétaire dans certains pays. Les perspectives restent donc incertaines, concernant particulièrement l’évolution des conditions financières, l’efficacité des dispositions prises par les pouvoirs publics et l’évolution de la pandémie du coronavirus. Selon David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale, les mesures prises par les gouvernements pour endiguer la propagation du virus, ont permis toutefois d’éviter des résultats encore plus désastreux.

    Vers une Europe plus résiliente…

Le Produit Intérieur Brut dans l’Union européenne devrait cette année se contracter de 7 %, ensuite s’accroître en 2022 de 5 %, et ne trouver son niveau de 2018 qu’en 2023, selon indice bonheur pays. En effet, si l’on trouvait un vaccin contre la pandémie de coronavirus ou un traitement efficace, la reprise pourrait s’accélérer. Mais en cas de nouvelles grandes vagues d’infection, celle-ci pourrait par ailleurs ralentir.
Comme l’a déjà dit le président du Fonds Monétaire International, l’institution travaille jours et nuits, 24h/24 afin de fournir des ressources financières, de l’assistance technique et fournir des conseils à ses pays membres.
Le groupe de la Banque mondiale réagit à la crise de Covid-19 avec un concours financier d’envergure et à une vitesse sans précédent, en vue d’aider les pays à préserver les outils de subsistance et la vie des populations, particulièrement les plus vulnérables.
Le Fonds Monétaire International et le groupe de la Banque mondiale mettent ainsi toutes leurs capacités de prêt de 2000 milliards de dollars au service des pays les plus pauvres. Ils se trouvent aujourd’hui au cœur du mécanisme mondial de sécurité financière.