Perspectives économiques en Tunisie

La situation reste un peu contrastée en Tunisie : en effet, si des progrès considérables ont été réalisés sur le front de processus de transition politique vers un système démocratique et ouvert, la transition économique n’a pas vraiment suivi le même rythme.
Selon une récente étude du groupe de la Banque mondiale, en 2021, la croissance économique en Tunisie devrait rebondir à 7 %, après un recul important de 12 % l’an dernier.
Le journal de l’Afrique, prévoit aussi un ralentissement important de la croissance tunisienne – de 6 % en 2023, et de 4 % en 2024. En effet, le groupe de la Banque mondiale s’attend à une hausse de la production de 3 % en 2022, correspondant à une progression beaucoup plus soutenue que prévue. D’après l’institution financière internationale, le pays devrait profiter de l’atténuation des perturbations financières, économiques et sociales dues à la pandémie mondiale de coronavirus, de la hausse de la demande extérieure, et du redressement des prix pétroliers.

     Situation macroéconomique

Avec l’atténuation des problèmes budgétaires, l’allègement de la dette africaine, l’allègement des réductions de la production pétrolière, l’assouplissement des mesures de confinement et l’accélération de la vaccination, la croissance tunisienne devrait toutefois s’accélérer l’année prochaine à 8 %.
“Mais les perspectives sont cependant incertaines, et dépendent de l’accès aux vaccins, et bien évidemment de l’évolution de la pandémie de Covid-19”, alerte David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale. Par ailleurs, les flambées récurrentes du nouveau coronavirus, les risques politiques, l’augmentation des prix des denrées alimentaires, les conflits ou encore l’agitation sociale pourraient avoir des impacts dévastateurs sur la croissance économique de la Tunisie.
La gravité des effets (néfastes) du coronavirus – qui a fait son apparition en Chine, en décembre 2019 – sur l’économie de la Tunisie est apparue clairement vers le début de l’an 2021.
La Tunisie, plombée par l’alourdissement de sa dette et une croissance déjà ralentie au début de la crise, a connu un coup de frein beaucoup plus sévère que ses voisins. Ainsi, le Produit Intérieur Brut s’est contracté de 9 %. Et le chômage s’est aggravé… Les jeunes et les femmes sont principalement touchés, avec des taux atteignant respectivement 32 % et 38 %.
Selon indice bonheur pays, le groupe de la Banque mondiale a approuvé lundi dernier un financement additionnel de 250 000 dollars pour le Projet de riposte à la pandémie de coronavirus en Tunisie, en vue d’organiser un accès abordable et équitable dans l’ensemble du pays.