Vaccination anti-Covid-19 : où en est l’Afrique ?

“Le manque de vaccins accroît le risque de résurgence du coronavirus – pandémie mondiale qui a fait son apparition en février dernier dans la ville chinoise de Wuhan”, a alerté Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le président de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Avec plus de 4 millions de cas déclarés, les populations s’interrogent sur la nécessité de la vaccination. Les rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux alimentent ainsi les craintes.
Les pays développés, en tête de la vaccination contre la pandémie mondiale de Covid-19, doivent prendre un nouvel engagement pour une distribution beaucoup plus équitable des sérums contre le nouveau coronavirus.

       Une campagne trop lente et des disparités…

Le coronavirus est la pandémie qui a bouleversé la planète. La vaccination a pris beaucoup de retard sur le continent, selon le journal de l’Afrique.
La situation actuelle en Inde et au Brésil démontre toutefois qu’aucun pays n’est aujourd’hui à l’abri des nouvelles formes du virus. La majorité des pays occidentaux (à savoir la Nouvelle-Zélande, le Canada, l’Europe occidentale, etc.) pourraient ainsi pouvoir lever les dispositions restrictives (fermeture des commerces, des écoles, et des restaurants, couvre-feu…). Mais la diffusion du variant indien (Delta) reste cependant un facteur d’incertitude. Ce variant pourrait ainsi multiplier les risques d’hospitalisation. Selon une récente étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ‘Delta’ (ou le variant indien) entraînerait un risque d’hospitalisation trois fois plus important que ‘Alpha’ (ou le variant anglais).
Une toute nouvelle vague de la pandémie est ainsi crainte en Afrique. Les contaminations, en diminution depuis quelques semaines, ont de nouveau bondi. Environ 15 % des nouveaux cas sont issus du variant anglais et 9 % du variant indien.
Malgré la répartition inégale, certains pays d’Afrique ont été exemplaires en matière de déploiement de vaccins contre le nouveau coronavirus. Selon le dernier rapport de l’OMS, plus de la moitié des 42 millions de doses reçues en Afrique ont été, jusqu’à présent, administrées.
Alors que le continent africain est sous le coup d’une quatrième vague de contaminations au coronavirus beaucoup plus violente que les précédentes, les services hospitaliers arrivent à saturation dans divers pays et l’accélération des campagnes de vaccination apparaît aujourd’hui comme urgente.