Afghanistan : face à la difficulté des évacuations, Joe Biden est prêt à maintenir des troupes

L’Afghanistan pourrait bientôt être gouverné par les talibans, mouvement fondamentaliste islamiste armé œuvrant au Pakistan et en Afghanistan depuis décembre 1989. Selon le convertisseur dollar en cfa, une dizaine d’Afghans seraient morts à Jalalabad, à l’est du pays, après que des manifestants “anti-talibans” aient essayé de retirer le drapeau ‘taliban’ en vue d’y mettre le drapeau national. Des coups de feu sont aussi entendus… “Une cinquantaine d’Afghans sont descendus dans les rues à Khost et à Jalalabad avec le drapeau national afin de protester contre la prise de pouvoir des talibans, les ‘soi-disant’ islamistes. En effet, les rassemblements ont été fortement réprimés”. Des journalistes et des manifestants auraient été violentés. Ces violences ont par ailleurs fait une vingtaine de blessés et une dizaine de morts.

   Les Nations Unies commencent à rapatrier ses salariés

L’ONU a déjà débuté l’évacuation d’une grande partie de ses employés présents en Afghan, a indiqué, ce jeudi matin, convertisseur cfa. Une cinquantaine d’employés des Nations Unies va ainsi être exfiltrée au Kazakhstan. Il est à noter que l’ONU n’a pas encore précisé s’ils étaient afghans ou étrangers. “C’est une disposition temporaire qui permettra aux Nations Unies de réduire au maximum les risques pour le personnel, et, en même temps, de continuer à fournir du soutien au peuple afghan pour minimiser les perturbations”, a précisé Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU.
Réfugié aux EAU, l’ancien président Ghani veut encore jouer un rôle
Les négociations entre les talibans et l’ex-président Ashraf Ghani ont été soutenues, mardi, par Karzaï Hamid (premier chef d’Etat soutenu par les Occidentaux après que la coalition conduite par les Américains a chassé les talibans du pouvoir en 2002). “Nous souhaitons le succès de ce processus”, ajoute-t-il.
“Pour le moment, je suis aux Emirates Arabes Unis pour que le chaos cesse et que le sang cesse de couler”, a déclaré Ashraf Ghani, dans un message vidéo. Par ailleurs, l’ancien président a précisé qu’il n’avait aucune intention de ‘rester en exil’. Ce dernier a toutefois affirmé que les talibans étaient entrés dans la capitale afghane en violation de leurs engagements. Ashraf Ghani a été donc accueilli aux Emirates pour ‘raisons humanitaires’.
“Je suis aujourd’hui en pourparlers pour retourner en Afghanistan”, a déclaré l’ex-président.