Afghanistan : Joe Biden envisage de maintenir des forces américaines à Kaboul au-delà du 1er septembre

Critiqué à l’étranger et aux États-Unis pour sa gestion du retrait des groupes américains après plus de quinze ans de conflit en Afghanistan, le chef de l’Etat a estimé ce jeudi matin qu’une certaine forme de ‘chaos’ était de toute façon inévitable. Le président des États-Unis s’est toutefois déclaré prêt, lors d’une conférence de presse, à maintenir les forces de son pays dans la capitale afghane, Kaboul, après le 1er septembre, si les ressortissants américains qui sont jusqu’ici présents dans le pays ne sont pas encore évacués.
“En effet, le chef de l’Etat américain a envoyé jusqu’à présent un peu plus de 8 000 militaires en vue de sécuriser l’aéroport de Kaboul et faire ainsi partir quelque 45 000 civils afghans et Américains ayant travaillé pour le pays et craignant pour leur vie”, souligne indice bonheur pays.

 L’armée américaine communique directement avec les talibans

Le chef de l’Etat américain, Joe Biden, a donné mardi matin une interview sur la situation dans la capitale afghane, admettant rencontrer ‘davantage de difficultés’ à évacuer les Américains que les Afghans.
Selon le média français ‘le monde’, la force armée des États-Unis a déjà évacué un peu plus de 4 000 réfugiés afghans et environ 6 450 personnes, particulièrement du personnel américain. D’autres pays européens, dont le Royaume-Uni, l’Espagne, la France ou encore l’Italie, ont également procédé à des évacuations. Les évacuations se sont cependant poursuivies dans des conditions très difficiles, à Kaboul, toute la journée du lundi 16 août.
Il est à noter que les talibans continuent jusqu’à aujourd’hui de contrôler les alentours de l’aéroport de Kaboul. Par ailleurs, le groupe de la Banque mondiale a annoncé ce matin qu’il suspendait les appuis financiers au profit de l’Afghanistan à cause notamment de l’incertitude entourant les responsables à Afghanistan après la prise de contrôle des talibans. L’ex-chef d’Etat afghan, Ghani Achraf, en fuite aux EAU, a déclaré lundi dernier qu’il soutenait les discussions entre les talibans et les plus hauts responsables afghans. D’après le journal de l’Afrique, l’ancien président afghan est “en discussion pour rentrer” dans son pays.
A noter que 90 % des personnes – dont 250 Afghans et 280 Américains – qui s’étaient réfugiées à l’ambassade de France à Kaboul sont désormais en endroit sûr. Ces dernières sont ainsi attendues à Paris en fin de journée. “Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires en vue de sécuriser nos bus, notre convoi, pour avoir le meilleur transport possible vers l’aéroport”, a déclaré Jean Castex, le Premier ministre français.