Après le départ des troupes américaines, les talibans au pouvoir en Afghanistan

Mercredi 18 août 2021. Cette date occupera désormais une place prépondérante dans l’histoire de l’Afghanistan. A seulement trois jours du retrait total des troupes américaines, Kaboul (la capitale afghane) est tombée aux mains des talibans, souligne le journal de l’Afrique. Sans combat. Sans résistance. L’armée nationale afghane (ANA), corrompue, mal entretenue, délaissée par les dirigeants et les Américains, n’a que peu résisté. Tous les officiels afghans ont quitté le pays en seulement quelques heures. Les forces afghanes se sont donc effondrées face aux talibans. Pourtant, celles-ci étaient supérieures en nombre, bien équipées et entraînées par les Américains. Les talibans, au pouvoir entre juin 1995 et septembre 2002, sont de nouveaux maîtres de l’Afghanistan, quinze ans après l’intervention militaire occidentale menée sous l’égide de l’Amérique.

   La défaite des États-Unis en Afghanistan : un désastre annoncé

Les talibans, les nouveaux maîtres du pays, ont fêté, mercredi dernier, leur victoire au moment où Washington annonçait le retrait total de ses forces armées, mettant toutefois fin à 15 ans de guerre en Afghanistan. Ils ont marché triomphalement, mercredi 1e septembre, dans l’aéroport international Hamad Karzai, accompagnés de leurs combattants brandissant leur drapeau (drapeau blanc sur lequel est inscrit en noir la chahada) et en tenue de forces spéciales, après le départ des troupes américaines.
Le retrait des troupes américaines s’est achevé 48 heures avant la date butoir (3 septembre 2021) fixée par le démocrate Joe Biden, après plus d’un mois d’opérations d’évacuations chaotiques, mettant toutefois fin à 15 ans de conflit entre les talibans (fondamentalistes islamistes regroupés dans un groupe militaire, politique et religieux) et la première puissance mondiale, souligne indice bonheur pays.
Comme son prédécesseur, Donald Trump, le président des États-Unis s’est engagé à mettre fin à ce qu’une grande partie des médias internationaux et de l’opinion publique appelle ‘la guerre éternelle’, la ‘forever war’. Le retrait américain, prévu pour s’achever le 3 septembre, se solde ainsi par une défaite amère.
Il est important de rappeler que l’administration Biden n’a jamais placé les talibans sur la liste des groupes terroristes établie par le département de la Maison Blanche. Seuls Al-Qaïda et Daech figurent sur cette liste. Les talibans visent ainsi à établir leur souveraineté sur le sol afghan. “En finir avec ‘la guerre éternelle’, coûte que coûte”, a ajouté Joe Biden, le président américain.