Blocs de fréquences : l’Arcep encadre strictement le futur réseau 5G

Le décret portant sur l’appel à candidature pour l’attribution des fréquences 5G – cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile – a été signé le jeudi dernier par les ministres européens en charge de l’économie numérique. Ce décret sera normalement publié le lundi 16 mars 2020 au journal officiel.

L’Etat a fixé à 3. 5 milliards d’euros le prix de réserve de ces licences. Il est important de rappeler que ce montant prend en compte les particularités des fréquences en jeu, allant de 1 200 milliard d’euros pour les moins bonnes à 2. 1 milliards d’euros pour les meilleures. Cette norme va donc permettre aux opérateurs télécoms français de proposer des débits beaucoup plus importants aux utilisateurs.

Après deux mois de retard, le régulateur des télécoms avait fini par dévoiler, début mars, le cahier des charges pour l’attribution des fréquences de téléphonie de cinquième génération (5G).

Le cahier des charges, que tout opérateur doit s’engager à respecter, met l’accent sur les régions moyennement denses pour, entre autres, éviter l’émergence d’une nouvelle fracture digitale dans l’Hexagone.

L’Autorité de régulation de la distribution de la presse, des communications électroniques et des postes, ou le gendarme des télécoms, invite les grands opérateurs télécoms français (à savoir Paritel, Free Mobile, Bouygues Telecom, SFR et Orange) à déployer le réseau 5G en priorité dans les régions moyennement denses.

“Le but étant de couvrir l’ensemble du territoire français d’ici 2023, dont les zones rurales abandonnées”, explique Sébastien Soriano, le président-directeur général de l’Arcep. Les candidatures seront déposées en octobre et les attributions auront lieu entre novembre et décembre 2020.

Fréquences 5G : le coup d’envoi de la procédure d’attribution est imminent

Le gendarme des télécoms a lancé ce mercredi une consultation sur la procédure d’attribution des licences 2.6-2.9 Ghz en 5G. Ce dernier propose une solution en prenant en considération le ‘New Deal Mobile’.

Paritel, Orange, Bouygues Telecom, Free Mobile et SFR ont jusqu’au 30 juillet 2020 pour répondre à cette consultation.
Le Gouvernement français lance la procédure d’attribution des fréquences pour le nouveau réseau mobile 5G, en précisant les conditions financières (prix, blocs de fréquences, etc.) et également en validant le cahier des charges énoncé par le gendarme des télécoms.

“L’Hexagone sera au rendez-vous de la 5G. Le régulateur des télécoms et le Gouvernement ont conçu un dispositif original en Europe, permettant de vendre aux acteurs du marché des blocs de base de 70 MHz à prix fixe. […] Ces engagements constitueront un élément très fort de la compétitivité de notre territoire”, ajoute le PDG du groupe Paritel, Jean-Philippe Bosnet.