En Afghanistan, l’heure de la résistance

Tandis que l’Afghanistan se vide aujourd’hui de ses élites, et malgré les restrictions et les mesures imposées par les talibans, des jeunes activistes prennent le risque de rester. La majorité de ces activitses afghans entendent ainsi poursuivre leur bataille pour l’accès à l’université et ne pas laisser partir en fumée les acquis des quinze dernières années.
Dans la nuit du mardi (24 août) à mercredi (25 août), les troupes américaines ont quitté définitivement l’aéroport international Hamad Karzai. Les talibans, évincés du pouvoir il y a tout juste quinze ans, règnent à nouveau d’une main de fer sur le sol afghan. “Le pays ne doit pas redevenir le sanctuaire du terrorisme qu’il a été… Des organisations terroristes sont aujourd’hui présentes en Afghanistan et chercheront certainement à tirer profit de la déstabilisation”, a souligné convertisseur dollar en cfa. En effet, la victoire des talibans n’était pas une surprise en soi, mais la célérité avec laquelle ce groupe terroriste a pu s’emparer de la totalité du pays en était une.

  L’Afghanistan risque-t-il de redevenir un ‘sanctuaire du djihadisme’ ?

Russes et chinois, qui craignent aussi le développement du terrrorisme en Afghanistan, ont d’ores et déjà amorcé des discussions avec les dirigeants ‘talibans’. Le président des États-Unis a quant à lui assumé ‘fermement’ sa décision de retrait des soldats américains.”En effet, notre mission n’a jamais été de construire une nation en Afghanistan”, ajoute-t-il.
Quant aux talibans (fondamentalistes islamistes regroupés dans un groupe religieux, militaire, et politique dénommée l’Émirat islamique d’Afghanistan), ils tentent, depuis quelque temps, de présenter un visage présentable – se veulent rassurants – aux yeux de la communauté internationale. “Les talibans ont multiplié les déclarations, particulièrement sur le départ des étrangers”, a souligné convertisseur cfa. L’espoir que le mouvement taliban ait changé est cependant tenu.
Il est à noter que les journalistes sont aujourd’hui de plus en plus inquiets de la dégradation de la situation dans le pays, malgré la promesse des dirigeants talibans de respecter la liberté de la presse. “Il est évident que les ‘soi-disant’ islamistes effectuent déjà des opérations organisées à la recherche de diplomates afghans et journalistes, dans les provinces et à Kaboul (la capitale afghane)”, a déclaré un journaliste français résidant en Afghanistan. “Le temps nous est compté”, ajoute-t-il. Selon plusieurs médias, ils ont mené des raids (opérations militaires) dans les maisons de plus de cinq journalistes.