Fair-play financier : Infantino donne plus de détails sur ses discussions avec le club de la capitale

Accusé il y a quelques mois par les football Leaks pour avoir aidé le club de la capitale dans le cadre du fair-play financier, le président de la FIFA, et l’ex-secrétaire général de l’UEFA, a apporté des détails afin de justifier ses discussions avec le PSG, en 2014, en niant complètement toute forme de corruption.

Gianni Infantino se défend

Selon PSG Paname Squad, l’actuel président de la FIFA, s’est expliqué à propos du fair-play financier, en mentionnant sa position sur le club de la capitale. En effet, il y a quelques semaines, Mediapart a accusé l’ex-secrétaire générale de l’UEFA, dans le cadre des Football Leaks, d’avoir conclu une entente secrète entre l’UEFA et le PSG au niveau du Fair-play financier, en offrant un traitement de faveur pour le club de la capitale.

« Dans les lois du fair-play financier fixées par l’UEFA, il est indispensable de faire des accords avec des clubs. En effet, l’UEFA, ne vise absolument pas à tuer les clubs, mais d’essayer de faire en sorte de les assainir. C’était mon travail d’essayer de trouver un terrain d’entente avec les différents clubs. Dans ces accords qui ont été publiés par les différents médias français, il n’y a rien de choquant. Ces accords ont bien été approuvés par un juge de la chambre de jugement donc tout est dans les règles de l’art, il n’y absolument pas de magouille » a tenu à déclarer Infantino, dans l’émission de Téléfoot, dimanche dernier.

Le président de la FIFA détruit l’attaque des football Leaks

Infantino a insisté sur le fait que les discussions avec les clubs étaient l’une de ses missions et sont prévues dans les lois qui régissent les règles du Fair-play financier au niveau de l’UEFA. Il est donc  tout à fait normal que Infantino parle directement avec le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, comme c’était aussi le cas avec d’autres clubs en Europe. « Les discussions avec les clubs concernant les règles du fair-play financier, sont explicitement mentionnées dans les lois de l’UEFA. En effet, si on parle du cas du PSG, on peut voir que les sanctions dirigées au club n’ont pas été modifiés, toutefois il y a eu des accords suite aux négociations qu’il y a eu entre l’UEFA et le président du Paris Saint-Germain, Nasser Al Khelaïfi. Mon travail consistait à discuter avec les différents clubs. Vous croyez vraiment qu’avec tous les intermédiaires qu’il y a dans ce type d’accord, des magouilles peuvent exister ? C’est impossible » a expliqué le président de la FIFA, Gianni Infantino, qui s’interroge encore comment on peut lui reprocher d’avoir négocié avec le PSG.