Fiche ethnique : l’ancien député soutient le PSG

Avec la pluie d’accusations qu’a subi le PSG, ce dernier mois, le club de la capitale pourrait enfin compter sur le soutien, d’un ancien député du PS, dans l’affaire des fiches ethniques qui a été dévoilé, le 8 novembre dernier par l’émission « Envoyé Spécial ». L’ex-président de SOS Racisme, Malek Boutih, ne croit absolument pas à l’implication des dirigeants du PSG dans ces accusations et insiste pour défendre l’image du club parisien.

Le PSG apporte du soutien aux jeunes des banlieues

Suite aux multiples révélations qu’ont publié les médias français dans le cadre des footballs dont PSG Paname Squad, l’existence d’un système de fichage ethnique dans le centre de formation du PSG en dehors de l’Île de France a été abordée. Malek Boutih a tenu à répondre à ces accusations. Ancien député du PS et ex-président de SOS Racisme, Malek Boutih, a affirmé la grande place qu’occupe le PSG à Paris et en France, au micro d’Audrey Crespo-Mara, sur Europe 1 « Le président de la PSG, Nasser Al Khelaïfi, n’a pas hésité d’investir de l’argent afin d’apporter le soutien qu’il faut aux jeunes de la banlieue, non pas pour qu’ils deviennent des footballeurs, mais pour les encourager à continuer leur cursus scolaire. Le club de la capitale est l’un des clubs les plus engagés dans le combat pour le respect. Ensuite, on met le club parisien devant le tribunal en l’accusant de raciste, c’est vraiment inadmissible. Travaillant depuis 15 ans avec la fondation du PSG, je peux vous assurer que les dirigeants du PSG, ignorent tout de ce système de fichage ethnique. Il faut reconnaître tout ce qu’a fait le PSG et Nasser Al Khelaïfi pour la France, en effet, le club est une belle vitrine pour la France » a assuré l’ancien député du PS.

Les dirigeants du PSG ont réagi à ces accusations

Suite à la diffusion de l’émission de France 2 en abordant les révélations des Football Leaks, les dirigeants du PSG dont Jean-Martial Ribes, le directeur de la communication du PSG, ainsi que Jean-Claude Blanc, directeur général délégué du PSG, ont préféré répondre à ces accusations qui concernent les fichages ethniques. Le club affirme avoir appris la connaissance de ces pratiques que récemment et qu’il ignorait complètement son existence, tout en s’exonérant de toute implication directe. En effet, ces pratiques que le club ignorait et qu’il condamne, étaient le fruit d’une initiative personnelle, une décision qui a été prise par Marc Westerloppe, l’ancien directeur du centre de formation des jeunes joueurs de 2013 jusqu’à début 2018.
Puisque selon Jean Martial Ribes, le bras droit du président du PSG, ces pratiques ont pris fin juste après le départ de Westerloppe au Stade Rennais.
Le PSG déclare dans son communiqué officiel, sa condamnation ferme de tous types de discrimination fichage ethnique ou racisme, en affirmant que le club est prés à annoncer une série de nouvelles mesures.