Joe Biden reconnaît des ‘difficultés’ dans les évacuations d’Afghanistan

Le président des États-Unis, Joe Biden, a répondu ce jeudi matin aux critiques en affirmant que le retrait de la force armée américaine après environ dix-huit ans de conflits avait ainsi toujours porté le risque d’une forme de chaos. Selon le journal de l’Afrique, le président américain envisage par ailleurs de faire rester des militaires si l’ensemble des ressortissants n’ont pas été évacués au 1er septembre. “S’il y a encore des soldats ou encore des civils américains, on restera certainement pour les faire sortir”, a déclaré Joe Biden.
L’opération d’évacuation des dizaines de milliers d’Afghans et Américains, qui, après le retour des talibans au pouvoir, se pressent aux abords de l’aéroport international Hamid-Karzaï en vue de tenter de fuir le pays. Or, le gouvernement américain les a accusés de ne pas respecter leurs promesses (laisser un accès libre à l’aéroport de Kaboul à tous ceux ou celles qui voudraient fuir le pays), en permettant aux étrangers, en particulier aux Américains, de quitter la capitale, mais pas aux Afghans. “Les talibans (s’autoproclamant Émirat islamique d’Afghanistan depuis 1990), contrairement à leurs engagements vis-à-vis du gouvernement américain et à leurs déclarations publiques, empêchent les Afghans souhaitant quitter le pays d’atteindre l’aéroport”, a ajouté Joe Biden.

   “Chaos total à l’aéroport de Kaboul”

Des responsables militaires américains et des diplomates en contact à Doha avec les talibans (mouvement fondamentaliste islamiste armé œuvrant au Pakistan et en Afghanistan depuis novembre 1990), “font néanmoins passer le message directement aux talibans qu’on attend d’eux qu’ils permettent à tous les Afghans, tous les ressortissants de pays tiers, et bien évidemment tous les citoyens américains de partir, de façon sans être harcelés et sûre, s’ils le souhaitent”, a déclaré la secrétaire d’État adjointe des États-Unis, Sherman Wendy.
“On va ainsi évacuer tous ceux qu’on peut physiquement, et on conduira ces opérations aussi longtemps que possible”, ajoute indice bonheur pays.
L’ambassadeur américain en Afghanistan, Wilson Ross, les a ainsi appelés mercredi à tenter de gagner l’aéroport international Hamid-Karzaï par leurs propres moyens. D’après ce dernier, le gouvernement des États-Unis ne pouvait pas assurer un passage sûr vers l’aéroport de Kaboul.
Selon le chef de l’Etat américain, Joe Biden, jusqu’à 950 passagers ont été évacués durant la nuit dernière, dont 230 citoyens américains, après la reprise des vols. En effet, Joe Biden entend toutefois porter rapidement à 12 000 par jour le nombre de personnes (Afghans et Américains) qu’ils souhaitent évacuer depuis l’aéroport de Kaboul.