Le mois du Ramadan : “le printemps de la Foi”

Ramadan : les portes de la miséricorde sont ouvertes !

“Lorsque arrive le mois saint du ramadan 2019,  les portes du Paradis sont ouvertes et celles de l’enfer fermées, tandis que les “ chayatines ” (démons) sont enchaînés”, Rapporté par Al-Bukhari et Muslim.
Ramadan est un mois où l’on réfléchit sur la force de la communauté musulmane, ses victoires passées, ses luttes présentes, ses espoirs d’avenir. L’idée de fraternité a souvent été rappelée durant le Ramadan. Elle a été parfois liée à celle de la force que représente une telle fraternité. À propos du point unique, la Kaaba, vers laquelle se tournent tous les fidèles lorsqu’ils font leur prière rituelle, un article comparait cette unité à celle de soldats d’une même armée, rangés en bataille, bloc de frères qui fait trembler la terre. Les fidèles lors du pèlerinage annuel forment un immense congrès où l’on oublie les différences d’origine. Les présents ne font mention que de leur qualité de musulmans, réunis pour améliorer leurs états, renforcer leurs positions, déterminer leurs buts en face de l’occupation et du colonialisme honni. Le Coran a donné la victoire et la force aux premiers musulmans, il leur a parlé de l’union des cœurs et de la puissance. La communauté, forte de sa foi en Dieu et au dernier jour, sera forte dans sa sollicitude pour les créatures, dans sa science, ses mœurs, son armée, son industrie, son agriculture, son commerce et Dieu la défendra.

Le jeûne du Ramadan, un des cinq piliers de l’Islam

Le jeûne du mois de Ramadan, comme les autres grands actes rituels de l’Islam (pèlerinage à La Mecque, l’aumône, la prière, la profession de foi), unit les musulmans et leur donne d’aimer pour Dieu, d’aimer en Dieu et il les prépare à la lutte. Le mois de Ramadan (mois sacré) a été plusieurs fois présenté comme le mois de deux guerres, des deux jihad : la guerre contre ses propres passions d’une part, et la guerre contre les infidèles d’autre part. L’homme reste à son plan et obéit aux ordres de Dieu. Ce sont donc des valeurs naturelles qui sont prônées avant tout, volonté entr’aide à l’intérieur de la communauté, etc., le tout par obéissance, car c’est dans l’obéissance au Coran que le musulman s’anéantit devant Dieu. Il faut reconnaître que ces valeurs simples étaient capables de toucher toutes les âmes simples. L’impression générale que donnait (auparavant) le Ramadan, était que la communauté se recueillait sur elle-même, sur son patrimoine, sur ses richesses. Au milieu des luttes de l’heure présente, elle profitait de ces vingt-neuf jours d’exercices spirituels pour raviver sa foi, purifier son dévouement sincère à son idéal, renforcer les volontés individuelles et collectives afin de revivre plus intensément les valeurs qui firent jadis sa gloire.