Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale : “les Français musulmans doivent respecter la Constitution”

Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale (une organisation non-gouvernementale avec statut d’observateur à l’Organisation des Nations Unies), Mohamed AbdelKrim Alissa, affirme, dans une interview, son soutien au projet de loi français contre l’islam radical et le séparatisme, et encourage le chef de l’Etat à faire vivre un ‘Islam de France’. Selon ce dernier, les Français musulmans doivent se soumettre aux lois françaises. Il est important de rappeler que celui-ci se place comme un défenseur de la laïcité. C’est l’une des voix les plus reconnues de l’islam sunnite.
Depuis plusieurs années, il a été remarqué pour ses propos visant principalement à lutter contre le concept du choc des civilisations. Il est l’une des rares personnalités à faire vivre le dialogue des religions. “On a toujours appelé les résidents musulmans en France ainsi que les Français musulmans à respecter les valeurs, les lois et la Constitution de la République française”, ajoute-t-il.
En outre, le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale assure appuyer la décision du président de la République française de créer un projet de conseil des imams (une charte des valeurs républicaines), tout en souhaitant l’élaboration d’un fonds global afin de financer les centres religieux et les mosquées.

 

   Les imams et les mosquées seront plus étroitement contrôlés

Le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) annonce ainsi travailler à un plan anti-radicatlisation et à la formation des imams. Il est important de souligner que l’Islam est contre la radicalisation. Un musulman, selon le saint Coran (Livre sacré de l’Islam et des musulmans), c’est celui qui a fait la paix avec l’homme et Dieu Tout Puissant.
Par ailleurs, les grandes lignes du Conseil National des Imams ont été présentées le jeudi dernier par les représentants des 8 fédérations composant le CFCM, à l’Elysée. Il est important de rappeler que le conseil est l’interlocuteur principal de l’Etat sur l’islam.
Le Conseil National des Imams devra ainsi assister les chefs religieux agréés dans le cadre de la prévention de la radicalisation et proposer des formations aux imams.
Selon le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, le Conseil National des imams sera indépendant. Pour autant, le CNI sera composé de 20 membres, les représentants des 8 fédérations, le président du Conseil Français du Culte Musulman, Mouhamed Moussaoui, ainsi que 5 imams proposés par ces derniers.
Le CFCM doit également rédiger, d’ici deux semaines, – ensuite s’engager – sur une ‘charte des valeurs républicaines’. Cette dernière stipulera la fin de l’affiliation ou de l’ingérence à des États étrangers, et précisera ainsi que l’Islam est une religion en France et pas seulement un mouvement politique.