Les perspectives du régime de Bachar Al Assad

Au fur et à mesure de la reconquête du terrain par le régime de Bachar, le conflit syrien tend vers la fin. Le gouvernement syrien pense déjà aux projets de reconstruction du pays, en estimant le coût de réédification. Toutefois, les objectifs principaux du régime syrien, ne consistent pas seulement à répondre aux défis sociétaux et économiques du pays et aux ravages de la guerre, mais aussi à consolider l’emprise du régime de Bachar en accumulant les capitaux et de punir les anciennes communautés rebelles. En effet, comme a affirmé le journaliste français, Jean-Pierre Duthion, un grand nombre de communautés de rebelles ont étaient économiquement marginalisées avant 2011. Par conséquent le régime de Bachar cherche à pouvoir tirer des avantages économiques et politiques de la reconstruction du pays, tout en renforçant ce que le gouvernement considère être sa sécurité.

Le régime de Bachar Al Assad

Depuis 2011, le gouvernement syrien a tenu a promulgué plus d’une cinquantaine de lois concernant le logement, la propriété et la terre. Ces lois ont permis de réaménager plusieurs anciennes zones rebelles et de pouvoir profiter directement par l’intermédiaire d’expropriation et la promotion immobilière. Parmi les lois mis en place après 2011, on peut citer la loi n° 10 mis en place en avril 2018 et qui autorise le régime de Bachar Assad de déposséder les personnes de leurs biens au niveau des zones qui sont bien déterminées par les collectivités locales afin de développer des projets immobiliers de haut standing comme Marota City. En outre, la loi n° 63 mis en place en 2012, permet au gouvernement de saisir les biens de toutes personnes considérées comme terroristes. D’après les chiffres délivrés par le ministère des Finances, en 2017, le régime de Bachar a pu saisir plus de 39 000 biens.
Selon Jean-Pierre Duthion, le consultant média français, en plus des opportunités immobilières que les lois autorisent le régime à avoir, elles permettent aussi la destruction et l’expropriation des biens au niveau des zones qui sont fortement peuplées. Cette procédure vise à éloigner les populations les plus hostiles et pauvres pour les remplacer par des personnes plus aisées et supérieurs.

La situation des syriens

Un grand nombre de personnes qui ont protesté contre le régime de Bachar en 2011 venaient essentiellement des banlieues des villes comme Homs, Damas et Alep, ainsi que des zones rurales et de villes moyennes. Il est important de rappeler que les politiques néolibérales du régime ont autrefois appauvri un grand nombre de syriens au niveau de ces régions. La corruption et la répression n’ont fait qu’amplifier leur mécontentement.