Le capital risque en France : un secteur en forte évolution

Le capital investissement et ses leviers pour accélérer l’innovation

En France, le développement du capital-risque a été plus tardif. Le mouvement a été initié par l’État pour pallier l’insuffisance de l’initiative privée en matière de financement de l’innovation. Les pouvoirs publics créent en 1960 le réseau des SDR (Société de Développement Régional). Ces sociétés ont pour objectif de collecter l’épargne locale afin de la réinvestir en prenant des participations minoritaires dans des PME régionales. Cependant, pour différentes raisons (expérience insuffisante des gestionnaires, problèmes de liquidité…), les SDR vont dévier de leur objectif premier et privilégier la distribution des prêts à moyen et long terme à taux bonifiés par l’État.
Une nouvelle étape intervient dans les années 1970. L’innovation devient alors une priorité institutionnelle. L’Agence Française pour l’Innovation est fondée en 1980, afin d’organiser une dynamique favorable à l’innovation et d’apporter des financements.
Plusieurs structures sont créées par l’État pour financer l’innovation : l’Institut de Développement Industriel (IDI) et les Sociétés Financières d’Innovation (SFI) en 1980.
Cependant, ces initiatives se traduisent dans les premières années par des échecs, en raison du manque de méthodologie de ces organismes en matière d’évaluation des technologies, des équipes et de la viabilité des projets.

Les nouveaux leviers du capital risque

f

Le capital se renforce en 1985 avec la création des Instituts régionaux de participations (IRP). S’inscrivant dans la perspective des lois sur la régionalisation de 1974, les IRP sont des sociétés privées ayant pour objet l’apport de fonds propres aux entreprises de leur région. Néanmoins, le bilan de la création de ces organismes sera limité, pour plusieurs raisons : le manque d’expérience des acteurs impliqués, la faiblesse de la dynamique entrepreneuriale, les pratiques financières de l’époque qui conduisaient les entreprises à privilégier l’endettement (facilité d’octroi des prêts, taux bonifiés, voire taux d’intérêt réels négatifs en raison de la forte inflation des années 1970) et l’étroitesse des marchés financiers nationaux qui limitaient les possibilités de revente des participations en Bourse.

Une nouvelle étape dans le processus de développement du capital-risque français intervient dans les années 1990. Ce phénomène est dû à une inflexion de la politique publique. D’abord, la volonté de juguler l’inflation, qui avait atteint des niveaux inquiétants se traduit par une forte remontée des taux d’intérêts réels. Les entreprises sont fortement incitées à se désendetter, ce qui va être facilité par le développement du marché financier français, à travers la mise en place de processus de déréglementation et de désintermédiation financière. Ensuite, la politique industrielle, qui privilégiait depuis 1950 les grands groupes appartenant aux secteurs jugés stratégiques, s’infléchit au profit des entreprises innovantes et des PME.

Qu’est-ce qu’une société de gestion ? Quel est son rôle ?

Le capital risque est mis en œuvre par des sociétés de gestion de portefeuille, agréées par l’AMF, qui gèrent des véhicules d’investissement appelés “fonds”.
Ces fonds prennent plusieurs formes : fonds communs de placement dans l’innovation, fonds communs de placement à risques, sociétés de capital-risque et sont soumis à des quotas d’investissement (pourcentage) fixés par voie législative.
A Plus Finance est une société de gestion de portefeuille, créée en 1998 par Frédéric Bayol et Niels Court-Payen, détenue par son management. Elle accompagne les petites et moyennes entreprises déjà établies dans leurs activités.
Les pôles d’expertises développés au sein d’A Plus Finance sont centrés sur les Fonds de Fonds, le Conseil à la production et la distribution audiovisuelle, l’Immobilier, le Capital Transmission et l’Innovation.

La gestion financière des PME

Les FIP, pour accéder au marché avec une fiscalité favorable

Créés par la Loi pour l’initiative économique du 15 janvier 2004, les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) sont des FCPR ayant vocation à favoriser le développement des petites et moyennes entreprises (PME) régionales.
Le FIP est un placement à risque (FCPR) qui ouvre droit à une réduction d’impôt (30 %) sur le revenu. Ils sont des véhicules d’investissement (fonds d’investissement) qui doivent investir 78 % de leurs actifs dans des titres de petites et moyennes entreprises françaises non cotées issues de quatre régions limitrophes. Le solde de l’actif du FIP (45 % maximum) est investi librement (obligataires, actions, placements monétaires).
Entre 2013 et 2017, l’AFIC (Association Française des Investisseurs pour la Croissance) dénombre la création de 120 FIP. Quelque 980 millions d’euros ont été levés, et 500 entreprises ont été accompagnées.
– 70 % d’entre elles comptent moins de cent salariés ;
– 21 % de ces entreprises sont en création, 49 % en développement, 38 % en transmission ;
– 170 entreprises ont été accompagnées ;
– 250 millions d’euros ont été investis ;
– 420 millions d’euros ont été levés ;
– 40 FIP ont été créés.

Quelles différences entre FIP et FCPI ?

+ FCPI (Fonds Commun de Placement dans l’Innovation) :
Créé en 1997 ;
Entreprises éligibles : entreprises innovantes ;
Conditions d’éligibilité : 30 % de l’actif peut être investi en sociétés innovantes européennes de petites capitalisation cotées sur un marché réglementé de l’EEE, 8 % au moins doit être consacré à des entreprises dont le capital est compris entre 120 000 et 3 millions d’euros, 65 % au moins de l’actif doit être constitué de valeurs mobilières, avances en compte courant et parts de SARL, qualification Oseo Innovation ou Dépense de R&D, pas de limitation en matière de total bilan, pas de limitation en matière de CA, effectif inférieur à 2 500 personnes, à tous les stades de développement.

+ FIP (Fonds d’Investissement de Proximité) :


Créé en 2003 ;
Entreprises éligibles : entreprises régionales ;
Conditions d’éligibilité : de 1 à 5 régions limitrophes, répondre à la définition de PME européenne, 25 % de l’actif peut être investi en sociétés cotées européennes de petite capitalisation, 15 % au moins doit être consacré à des entreprises de moins de 5 ans, 68 % au moins de l’actif doit être constitué de valeurs mobilières, avances en compte courant, parts de SARL.
Les FIP sont semblables aux FCPI et fonctionnent donc sur le même principe.

Réaliser un investissement dans des parts de FIP et de FCPI permet aux investisseurs de diversifier efficacement leurs patrimoines grâce à une double présence : dans le capital de sociétés non cotées à fort potentiel, et en Bourse, par le biais des OPCVM.

Créée en 1999, A Plus Finance (une société de gestion de portefeuille) est l’un des acteurs indépendants les plus actifs du Capital Investissement en France. Son savoir-faire repose sur l’expertise de ses équipes de gestion, qui regroupent à la fois des entrepreneurs et des financiers. Elle gère depuis plus de huit ans des trois fonds de fonds, des FIP et des FCPI.
Implantée à Paris, A Plus Finance est présente dans les métiers de l’immobilier, de la multigestion, du cinéma et du financement des PME.

Une conférence à l’occasion de la Journée de la Femme

Paris Pionnières a le plaisir de vous inviter à la conférence :

Services innovants et création d’entreprise

Cet événement se déroulera vendredi 13 mars 2009 de 15h à 16h30 au village associatif sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Paris. Il sera animé par Marie-Christine Bordeaux et Elisabeth Kimmerlin de Paris Pionnières avec la participation d’Agnès Fourcade – Présidente de Femme Business Angel -, d’Isabelle Duval – Fondatrice et Dirigeante de Funscience – et de Rina Rakotomanga – Fondatrice et Dirigeante de la Maison Havako, accompagnées par Paris Pionnières.

Entrée Libre

L’Institut Télécom au CeBIT 2009 !

Du 3 au 8 mars 2009 se déroulera le CeBIT à Hanovre en Allemagne. L’Institut Télécom participera à cet événement avec le réseau des Instituts Carnot sur le stand d’UbiFrance dans le Pavillon français (Hall 9). L’occasion de présenter sa recherche partenariale et ses innovations.

En savoir plus: www.cebit.de

Pour connaitre toute l’actualité sur l’Institut Téléco: www.institut-telecom.fr

La lettre d’information de Paris Pionnières

Implantation de Paris Pionnières dans les Hauts-de-Seine

– Témoignages de créatrices : Amandine Bugnicourt de l’ADOC, Laure Maud de « Green is beautiful » et Anne-Béatrice Sonnier de MyArchiveBox

– Agenda des ateliers et des événements…

Retrouvez toutes ces informations dans La lettre d’information de Paris Pionnières

Le Groupe Industrie Micromécaniques Internationales – IMI modifie sa gouvernance

La société a restructuré son capital en début 2008 avec l’arrivée de CDC Entreprises dans le cadre du dispositif France Investissement, et d’ILP (Institut Lorrain de Participations à Metz), ; la famille GERARD maintenant sa position d’actionnaire majoritaire du groupe. La société confimre son caractère familial tout en étant épaulé dans son action par des actionnaires financiers particulièrement soucieux du développement industriel du pays.

Téléchargez ce communiqué de presse : groupe-imi-28-01-09

AssurOne : une levée de fonds de 11,5 millions d’euros !

Le 22 janvier 2009, AssurOne, le leader français de la vente d’assurances par Internet a annoncé une levée de fonds de 11,5 M€ auprès de son investisseur initial Seventure – Natixis Private Equity – et de deux nouveaux entrants, CDC Entreprises, dans le cadre de France Investissement et Philippe Louis-Dreyfus.
Cette opération va permettre à la société de maintenir son rythme de croissance.

Pour lire la suite, cliquez ici

La lettre Entreprendre Pour Apprendre n°5

La lettre Entreprendre Pour Apprendre n°5 nous informe que l’association Entreprendre Pour Apprendre est désormais agréée par la préfecture Région Ile de France à percevoir la taxe d’apprentissage au titre des « activités complémentaires ». Elle contient également plusieurs témoignages d’acteurs de terrain afin de les mettre en avant.

N’hésitez pas à la télécharger La lettre Entreprendre pour Apprendre n°5

Créer quand on est jeune : les clés pour réussir

Le bureau Ile de France de l’association Jeunes Entrepreneurs organise dans le cadre du Salon des Entrepreneurs de Paris une conférence « Créer quand on est jeune : les clés pour réussir » qui aura lieu le jeudi 5 février 2009 à partir de 16 heures.

Cette table ronde sera animée par Damien Charitat (PDG Logic), et aura pour intervenant : Bertrand de Broc (skipper professionnel), Sophie de Menthon (Présidente du Mouvement Ethic et de la SDME), Jérôme Adam (fondateur d’Easylife conseil), Pierre Kosciusko-Morizet (PDG Groupe PriceMinister) et Renaud Both.

Il est à noter qu’à l’issue de l’échange avec la salle, Sara agée de 25 ans, créera sa première société en direct.

Qu’est-ce que la Semaine des PME?

La première Semaine européenne des PME, qui se tiendra du 6 au 14 mai 2009, fera la promotion de l’entrepreneuriat en Europe et informera les entrepreneurs sur les aides disponibles aux niveaux européen, national et local. Elle donnera aux PME la possibilité de découvrir quantité d’informations, de conseils, d’aides et d’idées pour les aider à développer leurs activités.

Tout au long de l’année 2009, des événements seront organisés pour informer, assister et rassembler entrepreneurs expérimentés et potentiels, mais aussi pour les aider à trouver de nouvelles idées et à bénéficier d’une information et d’un soutien personnalisés.

La Semaine européenne des PME proposera un soutien aux PME pour leur permettre d’atteindre leur plein potentiel. Elle constituera également l’occasion de motiver les entrepreneurs potentiels à «sauter le pas» et à concrétiser leurs ambitions.

Si la coordination de la Semaine européenne des PME revient à la direction générale des entreprises et de l’industrie de la Commission européenne, la plupart des événements et activités qui se tiendront dans son cadre seront organisés dans les pays participants par des entreprises, des organismes de soutien, des autorités locales et régionales, etc. La Semaine des PME fait partie des mesures de mise en œuvre du «Small Business Act», premier cadre politique complet pour les PME de l’UE et ses États membres.

La Semaine des PME visera à:

Informer: fournir et diffuser les informations relatives aux aides aux petites entreprises proposées par l’UE et les autorités nationales.

Aides: créer un partenariat UE-PME, symbole d’une Europe plus forte composée de PME plus compétitives, mais aussi de la disposition de l’UE à leur apporter soutien et conseils.

Motiver: encourager les PME existantes à élargir leurs perspectives et à développer et étendre leurs activités.

Partager: lancer des idées et faire partager les expériences de l’entrepreneuriat avec d’autres entrepreneurs.

Encourager: convaincre les jeunes que l’entrepreneuriat est une possibilité de carrière intéressante.

9ème Edition de la Semaine Ecole Entreprise dans le Nord-Pas De Calais

Dans le cadre de la 9ème édition de la Semaine École / Entreprise qui s’est déroulée du 17 au 23 novembre, le MEDEF Nord-Pas de Calais et l’Académie de Lille, soutenus par leurs partenaires, se sont mobilisés sur l’ensemble du territoire pour renforcer le dialogue entre enseignants, chefs d’établissement, entreprises et élèves. Ainsi, durant une semaine, de Valenciennes au Littoral en passant par l’Artois, des actions d’envergure ont été organisées autour de thématiques spécifiques.

Entreprendre et réussir au féminin

La semaine des « JDE » a été très animée et très riche pour tous ceux et celles qui se sont impliqués. Notre Association DIRIGEANTES, membre de l’association JDE, a été très présente.

Nous avons en particulier ouvert la « semaine » avec un PDJ au PRESS CLUB et la table ronde « Entreprendre et Réussir au Féminin ». Cette manifestations a été organisée en partenariat avec les réseaux HEC et Experts Connexions et la contribution active de l’équipe » d’Experts Connexions, que nous remercions vivement, nous permet de vous adresser une superbe newsletter qui vous donnera l’essentiel des débats et rappellera à ceux qui été présents d’excellents moments.

Bonne lecture à tous et à très bientôt

Danièle ROUSSEAU

Prochaines dates à retenir sur vos agendas
14 janvier – PDJ – invitée Laurence DANON – organisé en partenariat avec l’ACADI –
30 janvier – Dîner festif 10 ans de Dirigeantes et ++au « Chateau de la Muette » dans les locaux de l’OCDE –

Sensibilisation d’étudiants à la création d’entreprise à Lille

Ce sont plus précisement des étudiants de l’ESPEME (Ecole Supérieure de Management de l’Entreprise ) qui ont pu profiter de cette opportunité. Le 19 novembre dernier, 50 étudiants de quatrième année, accompagnés de leurs professeurs et directeur ont en effet été reçus dans les bureaux lillois de Ernst & Young. L’objectif était d’apporter des compléments à l’enseignement pratiqué dans les cours « Horizon Création Entreprises » et d’échanger sur la création d’entreprise et la vie d’un entrepreneur (motivations, ambitions, techniques …). A cette occasion, ils ont pu rencontrer et discuter avec des professionnels du cabinet, mais aussi avec des entrepreneurs de la région, comme Wilfrid ANDRE, PDG de la société ALICE DELICE (Kitchen Academy) et Emmanuel Lagana, PDG d’Energeos et des professionnels du cabinet Ernst & Young.

Pendant 2 heures, les étudiants n’ont cessé de poser des questions aux uns et aux autres, et sont sortis enchantés par cette présentation.