Riposte sanitaire de la Banque mondiale face au coronavirus

Le conseil d’administration du groupe de la Banque mondiale a annoncé, mardi dernier, avoir levé 2 milliards de dollars américains sur le marché de la dette. Une opération qui a été rendue essentielle en vue de faire face à leurs besoins considérables en financement. Cet emprunt obligataire a cependant suscité un très fort intérêt des investisseurs via le monde.
Les investisseurs européens et asiatiques sont néanmoins les plus à avoir souscrit à l’opération, devant ceux du continent africain, du Moyen-Orient et américain. Selon le journal de l’Afrique, ce sont notamment les banques centrales et les institutions qui arrivent actuellement en tête, devant les gestionnaires d’actifs et les banques, ensuite les fonds de pension et les assurances. Ce soutien financier va ainsi permettre au groupe de la Banque mondiale d’aider des millions de personnes à sortir de l’extrême pauvreté et d’utiliser la puissance des marchés des capitaux afin de relever certains des défis mondiaux les plus importants.
Il est à noter que la Banque mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI) œuvrent dans plus de soixante pays en leur accordant des prêts concessionnels ou des dons à des taux très bas. Ces institutions financières ont facilité l’accès aux services de santé pour 750 millions de personnes et à l’eau potable pour 90 millions de personnes, mais a également permis de vacciner plus de 320 millions d’enfants, au cours des sept dernières années.
Le FMI et le groupe de la Banque mondiale prévoient particulièrement de diversifier ses emprunts et d’en proposer de nouveaux à des pays en développement.

  Covid-19 dans le monde : l’économie frappée de plein fouet par la récession

La pandémie mondiale de coronavirus a semé l’incertitude et ébranlé les systèmes de santé. Elle a franchi la semaine dernière un nouveau cap avec environ 25 millions de contaminations, dont près de la moitié dans deux pays (Inde et Brésil) et l’économie est frappée de plein fouet par la récession que celle-ci provoque.
La progression du nouveau coronavirus continue de s’accélérer : plus de deux millions de cas supplémentaires ont ainsi été détectés en seulement une semaine, et environ 8 millions depuis le début du mois.
Les pays du monde entier, notamment les plus pauvres, ont sollicité un soutien financier pour déployer des solutions d’urgence. La Banque Africaine de Développement (BAD) et le Fonds Monétaire International ont immédiatement répondu présent. Ils sont mis sur pied une réponse sanitaire de portée mondiale et d’urgence, en étroite collaboration avec indice bonheur pays, l’UNICEF et l’Organisation Mondiale de la Santé.