Vers un ‘cursus commun’ pour former les imams en France ?

Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français, a demandé, mercredi 18 novembre dernier, des représentants du CFCM de présenter une charte des valeurs de la République (Ensemble de lois constitutionnelles d’un pays). En réponse à sa demande, le Conseil Français du Culte Musulman a présenté la semaine dernière les grandes lignes d’un CNI chargé essentiellement de labelliser les imams en Frane. En outre, Macron Emmanuel leur a demandé de rediger, une charte des valeurs républicaines.
Celle-ci devra donc stipuler (ou encore préciser) la fin de l’affiliation à des pays étrangers, préciser que l’islam est, en France, une religion et pas seulement un mouvement politique, et affirmer la reconnaissance des valeurs républicaines. Ce conseil pourra donner une carte aux imams.

   Des imams agacés pour une future ‘labellisation’

L’agence France Presse rappelle que depuis son discours sur l’islam radical et le séparatisme, et encore plus depuis l’attentat de Nice et l’assassinat de Samuel Paty, le président français a accentué sa pression sur le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) afin de lutter contre la radicalisation, l’islam politique, et l’influence étrangère.
Selon les échos, les représentants du CFCM se sont réunis ce mardi pour travailler sur la prévention de la radicalisation et sur la formation des cadres religieux. Il est important de rappeler que l’Islam est contre le radicalisme. Cette religion se fonde sur deux sources au statut différent : la Sunnah et le saint Coran.
Cette réunion, prévue de longue date et déjà reportée à l’hiver à cause de la pandémie mondiale de coronavirus, a été rattrapé brutalement par l’actualité. D’après la présidence, c’est la sixième fois depuis la rentrée que Macron reçoit les représentants du Conseil Français du Culte Musulman.
La création d’un CNI a suscité l’irritation, voire la colère, de certains imams indépendants. Ceux-ci redoutent une ingérence de l’étranger sur les questions théologiques et remettent la légitimité du Conseil Français du Culte Musulman.
Ingérence de pays étrangers ou de l’Etat français ? Franche humiliation ou paternalisme feutré ? Catastrophe ou mascarade ? Ces dernières semaines, les critiques se sont multipliées à l’encontre du projet de création d’un CNI, que les dirigeants du CFCM ont présenté vendredi 27 novembre à l’Elysée, dans une précipitation qui a surpris, entre autres, les connaisseurs du dossier